Etude de l'Iaido

Au moyen âge

Les origines du Iaïdô remontent au moyen âge japonais, à la période des guerres (Sengoku-jidai, entre le XIVème et le XVIIème siècle). C'était la voie à suivre par les Samouraïs pour traiter des attaques surprises. Plus un guerrier sortait rapidement l'épée et coupait son adversaire, plus sûre était sa victoire.

Les sabres étaient redoutables, et même la plus légère coupe pouvait causer la mort. Les coupes ont été développées pour être longues de plusieurs centimètres (6 à 12) dans la peau d'un adversaire. Elles causaient des saignées presque impossibles à arrêter. L'intention était de tuer un adversaire avec une seule coupe.

Les sabres étaient les armes primaires du Samouraï antique. Ils portaient deux sabres (daisho). Un long (katana) et un court (wakizashi). La plupart des enseignements d'Iaidô se pratiquent aujourd'hui avec l'Iaïto (katana).

Le mental

Le Iaidô axe son enseignement sur le caractère spirituel du combat au sabre.
L'esprit doit rester calme. Tel est le secret de l'Iaidô. Un maître dit: "Avec un cœur tranquille vous avez mis votre main sur la garde de votre épée. Dans un deuxième temps, votre main se déplace pour fendre et réduire l'adversaire, égouttez puis rangez votre épée. Enfin, vous retournez à votre esprit serein".

L'Iaidô ou la passion du Sabre Japonais

Le iaidô est un art martial japonais qui utilise le sabre long (katana).

Il consiste à dégainer et frapper dans le même mouvement un adversaire, avec l'intention de le trancher. Il se pratique seul par le biais de kata.
Il est en étroite relation avec le zen, et est basé sur trois éléments inséparables, méditation, coordination et étiquette.
Cette discipline est une véritable école de formation morale et physique, qui recherche la perfection du geste au travers de la pratique.
La finalité du Iaidô est de maitriser son propre EGO.

Bien qu’il soit un art martial à part entière, l’Iaidō s’avère être un complément idéal au Karatédō, au Kendo ou encore à l’Aikidō.

Au Sakura-Dojo vous avez la possibilité d’étudier deux écoles d’iaidō distinctes mais particulièrement complémentaires:

Notre dojo est reconnu par la All Belgium Kendo Federation / Belgium Kendo Renmei
Ce qui vous donne l’opportunité de participer très régulièrement à des stages régionaux et internationaux avec des experts de la discipline et de présenter des examens.

Ogura Senseï

Ogura Noboru Hanshi: 8ème dan Iaido, Kyoshi 7ème dan Kendo

  1. Zen Nihon kendo renmei iaidō (全日本剣道連盟 ou Zen ken ren en abrégé) est une école moderne destinée à maîtriser des gestes communs à toutes les écoles. Elle exige une très grande rigueur technique. Etant commune à la plupart des écoles, elle permet de présenter des grades reconnus internationalement.
  2. Musō shinden ryū (夢想神伝流 ou Shinden en abrégé) est un koryū( 古流, une école ancienne) dont l’origine remonte au XVIe siècle et qui est la base de nombreux autres styles. Elle se caractérise par 3 niveaux d’enseignement avec une complexité croissante dans les différents niveaux.

Notre dojo est membre du Shōshikai Belgium ce qui nous donne l’occasion de pratiquer sous la direction de Furuichi Senseï qui une sommité dans la discipline.

Le Shōshikai Belgium a été reconnu officiellement par Furuichi Senseï en 2012.
Il comporte plusieurs dojo tant dans le sud que le nord de notre petit royaume.
L’organisation réunit ses pratiquants pour des stages régionaux mensuels et deux fois par an pour une semaine de stage privé intensif avec Furuichi senseï qui vient spécialement du Japon pour nous gratifier de son enseignement.
Ces stages concernent tant la pratique ZNKR que Muso Shinden Ryū.

FURUICHI SENSEÏ 古市 先生

Est titulaire de nombreux titres et grades:

  • Kyoshi 8ème dan Iaidō
  • Kyoshi 7ème dan Kendo
  • 7ème dan Battodo
  • 6ème dan Tankendo & Jukendo
  • 3ème dan Jodo

Furuichi Norio est né le 28 octobre 1951 à Tanagura dans la préfecture de Fukushima.

Il débute l’étude du kendo et de l’iaidō à onze ans sous la direction d’Ichiro senseï, 8ème dan Hanshi dont il restera l’élève jusqu’en 1974, date de l’obtention de son diplôme universitaire.

En 1975, il commence à enseigner à l’université privée Tōkai Daigaku où il dirige la section d’iaidō. Il étudie en profondeur l’iaidō et le kendo auprès d’Izawa Zensaku Hanshi, 8ème dan de 1977 à 1979 à la mort de ce dernier.

En 1989, il crée le Shō Shi Kai Budō Juku dans la préfecture de Kanagawa, où il enseigne toujours aujourd’hui.

Le ministère japonais des Affaires étrangères a envoyé Furuichi senseï en tant qu’"Ambassadeur de la culture japonaise" au sein de plus de vingt pays au travers le monde afin d’y développer l’iaidō et le kendo.

Furuichi senseï enseigne donc régulièrement hors du Japon; particulièrement en Belgique, Italie, Allemagne, Grèce et Pologne où le Shō Shi Kai est implanté.

Les membres de notre dojo sont particulièrement chanceux d’avoir l’opportunité de pratiquer sous la houlette de ce maître d’exception et de ses assistants.


Autres articles à lire...
Cours d'Iaido
Etude de l'Iaido
Zen Nippon Kendō Renmei Iaidō
Muso Shinden Ryu
Articles de presse - Ouverture de la section d'Iaido